21 janvier 2007

KLAXON-INFO

Premier forum des investisseurs au Mali

L’économie malienne en elle-même ne manque pas d’atouts. L’agriculture l’élevage  l’énergie, le tourisme les mines, la liste est longue.                                                                                                            La cérémonie d’ouverture de la rencontre qui s’est déroulé au Centre international des conférences de Bamako était présidée par le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga. Elle a enregistré la présence de hautes personnalités des institutions, d’organisations nationales et internationales : l’ancien président de

la BAD

, Babacar N’Diaye, du président de

la Table

ronde des affaires en Afrique, Alhadji Bamanga Tukur, également président du groupe d’affaires du NEPAD, notre confrère Dr Soumana Sako secrétaire exécutif de la fondation pour le renforcement des capacité en Afrique, de nombreux partenaires techniques et financiers et hommes d’affaires étaient au rendez vous.
Cette rencontre se tient dans une conjoncture économique marquée par une concurrence féroce entre les nations, les entreprises en raison de l’ouverture effrénée des marchés. Elle fait suite aux recommandations de la table ronde des bailleurs de fonds pour le Mali, tenue en 2004 à Genève. Celle ci avait mis l’accent sur la nécessité de dynamiser l’économie de notre pays par une implication soutenue du secteur privé national et étranger.

Le ministre de

la Promotion

des Investissements et des Petites et Moyennes Entreprises, Ousmane Thiam, s’est, à l’ouverture des travaux, réjoui que

la Table

ronde des hommes d’affaites africains ait choisi le Mali pour abriter les assises de sa 3è Assemblée générale. Il a ensuite, au nom du Gouvernement, remercié le bureau du Pnud,

la France

, chef de file des partenaires techniques et financiers, et

la Banque

mondiale pour leur contribution financière et matérielle à l’organisation de ce premier forum des investisseurs.
Les investissements, a indiqué Ousmane Thiam, constituent aujourd’hui le véritable moteur de la croissance économique tant dans les pays développés que dans les pays en développement. Notre ambition est de permettre au pays de tirer tous les profits de ces atouts dont il dispose. Il rassura investisseurs nationaux et internationaux  que les efforts d’amélioration et de simplification des procédures de création d’entreprises, l’investissement des infrastructures de base, le renforcement des capacités sont des actions prioritaires de l’agenda du Gouvernement. A cet effet, le rapport mondial sur l’investissement 2006 indique qu’en 2005, les flux des investissements directs étrangers (IED) étaient supérieurs de 29 % par rapport à l’année 2004, atteignant 916 milliards de dollars soit environ 460 000 milliards de Fcfa. Les flux en direction des pays développés ont eux augmenté de 22 % pour atteindre 334 milliards de dollars soit environ 170 000 milliards de Fcfa tandis que la part de l’Afrique reste modeste et ne représente que 3,2% du total des flux au niveau mondial.
En ce qui concerne le Mali, Ousmane Thiam a révélé que l’Investissement Direct Etranger (IDE) a progressé façon remarquable au cours des cinq dernières années, avec une moyenne annuelle de 88,114 milliards Fcfa par an. Les données disponibles sur les IED vers l’Afrique font ressortir la position de premier plan que notre pays occupe au sein de I’UEMOA. La croissance des investissements est rapide, notamment dans les secteurs des mines du commerce et des services. Par contre, l’investissement dans les secteurs manufacturiers, pour la valorisation de nos matières premières, est très faible.
Pour sa part, l’Etat a déployé de grands efforts pour favoriser le dialogue entre lui et le secteur privé, à travers notamment la création d’un cadre de concertation et d’instruments spécifiques. La création du Bureau du vérificateur général et d’un Conseil présidentiel pour l’investissement (CPI) procède de cette volonté,
Au cours de ce forum, le gouvernement entend promouvoir tous les atouts dont dispose notre pays. En plus de son potentiel (or, coton, bétail), le Mali fonde beaucoup d’espoirs sur un développement économique durable en raison de sa position géographique stratégique, de la stabilité politique et de la bonne gouvernance dont le pays peut se prévaloir.                               Le ministre de

la Promotion

des Investissements et des Petites et Moyennes Entreprises souhaite que le Forum aboutisse à des résultats concrets, et permette de nouer des contacts d’affaires durables et mutuellement profitables entre acteurs économiques nationaux et partenaires étrangers.

  Le secteur privé moteur de développement

Le secrétaire exécutif de la fondation pour le renforcement des capacité en Afrique Dr Soumana Sako, dans son intervention s’est réjoui de participer à un forum d’une telle envergue, avant de faire quelques constats qui méritent, à son avis, d’être examinés. Tout en approuvant l’unanimité de tous les Etats du rôle du secteur privé comme moteur de développement, il s’est élevé contre l’affaiblissement du rôle de l’Etat dans l’économie au profit du privé. Pour son expérience d’ancien Premier ministre, l’Etat se retire, mais ce sont les mêmes agents de l’Etat qui se transforment en hommes d’affaires a t il souligné. Ce qui fausse le jeu économique. «Avons-nous besoin d’hommes d’affaires, de capitaines d’industrie ou d’affairistes qui trichent avec tout le monde, les banques ? », s’est posé comme question.
Il a par ailleurs martelé l’attitude des pays développés qui incitent les pouvoirs publics des pays pauvres à se retirer de l’économie alors que l’Etat, chez eux, joue un rôle non négligeable dans l’appui au secteur privé. Rappela ainsi que ce n’est pas une politique de désengagement de l’Etat, mais une politique active de l’Etat qui a permis aux pays asiatiques de se développer aujourd’hui. L’Etat a un rôle positif à touer dans l’investissement Afrique. Le patron de I’ACBF plaidera ainsi pour «des capitaines d’industrie qui aident à la croissance, créent des richesses et des emplois, veillent à la qualité de l’investissement qui dépend elle-même de l’environnement des affaires et de la qualité des ressources humaines».

Le Premier ministre, Ousmane Issoufi Maïga a rappelé que c’est la table ronde des bailleurs de fonds de Genève qui avait recommandé une série de tables rondes sectorielles y compris le présent forum. L’A.G. de l’ABR et la table ronde du Cadre intégré organisées mercredi sont des rencontres qui témoignent de la volonté du gouvernement de faire du secteur privé, le moteur de la croissance, a indiqué le chef du gouvernement. Le Mali, a t-il rappelé, poursuit une politique active afin de promouvoir la croissance durable dans tous les secteurs porteurs de notre économie. Au sein de I’UEMOA, il œuvre inlassablement pour l’intégration économique et régionale.
Le forum planchera entre autres sur problématique du climat des affaires, le renforcement des capacités des ressources humaines, ainsi que sur le partenariat avec les pays émergents. Des questions relatives à I investissement dans des secteurs porteurs de l’agro-industrie, du tourisme, du biocarburant et des transports seront traitées par les ministères sectoriels et les représentants du secteur privé.

1 environnement économique au Mali opportunité d’investissement2Politique d’investissement des USA en Afrique 3 Diversification des capacités africaines en ressources humaines4 Partenariat Afrique pays émergent.5 Financement des projets d’infrastructures régionaux en Afrique. 6 faire des affaires au Mali ; améliorer la capacité productive de l’Afrique

7investire dans les projets d’électrification rurales, bio carburant (valorisation énergétique de la plante pourghère) potentialité minière : opportunité d’investissement ; Tourisme et investissement OMATHO 8 agro-alimentaire office du Niger (riz cultures maraîchères), projets sucriers ; Investir dans les projets d’infrastructures des transports en Afrique Aéroport Bamako Sénou 9 synthèse, presentation des sociétés au mali ; Construction et immobilier.

La Rédaction

Posté par klaxon à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur KLAXON-INFO

Nouveau commentaire